Mapping Party and Refugees Camp

 

 

(Pour la version Française voir ci- dessous)

It’s been a busy, productive and positive week for the Chad team. With the constant help and the tireless work of our HOT trainer, Nicolas Chavent, we have been througha lot of activities. Despite the heat, the small village of deployment inthe  South Chad, Goré, is almost all mapped and this work also help us to discover some new parts of the village. The central market, for example, with all of the real small roads, lot of noises, colors, small stores and people curious about our tools of work, all the schools, churches, Mosques, street lamps. We well made the second training and “Mapping Party” on Monday for some members of the NGO-s ‘and partners organizations based in Goré, such as World Food Program (WFP), UNHCR, Africare, Mentor Initiative. We trained ten people and I can frankly say that the time together was really positive and constructive, just as the response of participants. Their curiosity and enthusiasm is a good energizer for the team. During the mapping party, something really unexpected happened to me.  My team was doing the mapping exercise in one of the biggest and central streets of Goré,when, in front of a small restaurant, the subject at that time of our work, one of the member of my team, told me: “ Ok , Claudia, this is my brother’s restaurant,  it is time to eat a snack, so stop mapping, wash your hands and sit down .”–. As you can imagine, there was no way to refuse the invitation. Two minutes later  I was sitting in a small and dark room, eating spicy meat with the hands, talking about Goré with six happy men. I loved and enjoyed the African hospitality, even if we wasted time for the mapping exercise. This is another aspect of our work, meet the citizens and discover, every day more, the Chadian culture. This week we also had the opportunity to visit for the first time one of the Goré’ s refugees camps wich has been created in 2003. Its name is  Amboko, it is the camp wich is nearest  to the village, eleven thousands of people  stil live there, all  of them coming from Central African Republic. The Amboko camp is divided into four zones, called zone A, B, C and D and it looks like a small village. There are few infrastructures like  schools, built by the NGOs. Thanks to our host organization here, ACRA, and its staff we visited one school and some quartiers and zones of the refugees’ camp. The whole team is looking forward to the start of the work in these refugees’ camps.

Just like  the mapping work , the meetings with local authorities and government institutions also continue. Yesterday three volunteers, Orsi, Pascal and Nanhas, accompanied by Nicolas,  left  Moundou and then N’Djamena for some important meetings, for example with the Rector of  the Department of Geography and Cartography of the University of Moundou. This part of the team will be back on Monday and Nicolas will return to France.

A really special thanks goes to Nicolas and to all the HOT and OpenStreetMap community, for the incredible and daily support. It is a pleasure to be part of thise project and as Nicolas said: << the EUROSHA volunteers will  return home but the maps and the work done  will remain for a long time there >>.

Cela a été une semaine particulièrement positive, chargée et productive pour l’équipe du Tchad. Avec l’aide constante et le travail acharné de notre formateur HOT, Nicolas Chavent, nous avons accompli de nombreuses activités. Malgré la chaleur, le petit village de déploiement dans le sud du Tchad, Goré, est presque entièrement cartographié et ce travail nous a aussi permis de découvrir de nouvelles parties du village. Le marché central, par exemple, avec tous ses petits chemins, beaucoup de bruits, les couleurs, les petits magasins et les personnes curieuses à propos de nos outils de travail mais également toutes les écoles, les églises, les mosquées, les lampadaires. Nous avons effectué une deuxième formation et une “Mapping Party” le lundi pour certains membres d’ONGs et les organisations partenaires basées à Goré comme le Programme Alimentaire Mondial (PAM), le HCR, Africare, Mentor Initiative. Nous avons formé une dizaine de personnes et je peux vous dire franchement que le temps passé ensemble était vraiment positif et constructif, tout comme la réaction des participants. Leur enthousiasme et leur curiosité est un fort énergisant pour l’équipe. Au cours de cette Mapping Party, quelque chose de vraiment inattendu s’est produit pour moi. Mon équipe effectuait l’exercice de cartographie dans une des rues les plus grandes et centrales de Goré lorsque devant un petit restaurant, le sujet de notre travail à ce moment-là, l’un des membres de mon équipe, me dit: «Ok, Claudia, c’est le restaurant de mon frère, il est temps de manger un casse-croûte  alors arrêtez de cartographier, lavez-vous les mains et asseyez-vous -. Comme vous pouvez l’imaginer, il n’y avait aucun moyen de refuser l’invitation. Deux minutes plus tard, j’étais assise dans une petite pièce sombre, en mangeant de la viande épicée avec les mains et en parlant de Goré avec six hommes enthousiastes. J’ai aimé et apprécié l’hospitalité africaine même si nous avons perdu du temps pour l’exercice de cartographie. C’est un autre aspect de notre travail que de rencontrer les citoyens et de découvrir, chaque jour davantage, la culture tchadienne. Cette semaine, nous avons également eu l’occasion de visiter pour la première fois l’un des camps de réfugiés de Goré qui a été créé en 2003. Son nom est Amboko, c’est le camp le plus proche du village, onze milles personnes y vivent encore, ils viennent de la République Centrafricaine. Le camp d’Amboko est divisé en quatre zones appelées zones A, B, C et D et il ressemble à un petit village. Il y’a peu d’infrastructures comme des écoles construites par les ONG. Grâce à notre hôte ici, ACRA, et le personnel, nous avons visité une école et certains quartiers et zones du camp de réfugiés. Notre équipe attend avec impatience de débuter le travail dans ces camps de réfugiés.

Tout comme le travail de cartographie avance, les rencontres avec les autorités locales et les institutions gouvernementales se poursuivent. Hier, trois volontaires, Orsolya, Pascal et Nanhas, accompagnés de Nicolas, sont partis à Moundou puis N’Djamena pour plusieurs réunions importantes, par exemple avec le Recteur de l’Université de Géographie de Moundou. Cette partie de l’équipe sera de retour lundi et Nicolas rentrera en France.

Un grand merci à Nicolas et à toute la communauté HOT et OpenStreetMap pour leur incroyable soutien quotidien. C’est un plaisir de faire partie de ce projet et comme Nicolas l’a dit : « les volontaires EUROSHA retourneront chez eux mais les cartes et le travail accompli perdureront pendant longtemps là-bas ».

Claudia M.

French traslation by  Aude B.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s