Malaria party continues!

(Pour la version française, voir ci-dessous)

New episode for EUROSHA team: Katerina and Claudia were “repatriated” to N’Djamena for further health examinations – key: sickness, attributes: malaria and fixme fixed finally as malaria – meanwhile the rest of the team continued to map Goré and to give a new OpenStreetMap Training. We also had a security training, went back to the refugee camp of Amboko, visited the camps of Gondjé and Dosseye and we are getting to know more and more about the situation in Chad.

But what exactly did we learn last week?

First of all, communication and a quick reaction are the essential points even more when you live in a small town which is 14 hours away by car from the capital city of Chad.
Our representative at France Volontaires, Telngar Rassembeye, managed the situation well deciding quickly about the “repatriation” of Claudia, after an unknown crisis, accompanied of Katerina who caught malaria the week before.

Second point, coordination and flexibility is important, as we had to readapt our work program a bit to be as much effective as we can. This was the case of the taskmanager of Goré and also the OpenStreetMap training we provided to CARE employees in their office in Goré, which had to be adjusted due to absence of two trainers. On the other hand, this became a good opportunity for Pascal to deliver his first public presentation about the EUROSHA project.

Last but not at least, we have been learning some crucial facts about Chad during our work and in our daily life.
Thanks to a briefing made by a UNDSS (United Nations Department of Safety and Security) officer, we now have an overview on the UNHCR advices such as MOSS (Minimum Operational Security Standards) and MORS (Minimum Operating Residential Security Standards) and also of the situation in the region of Goré.
Our knowledge on the region of Goré have also been improved by ACRA staff who explained us in details the facts about the population and the functioning of the different refugee camps. For example, we learned that Gondjé camp was established in 2005 and it still provides the urgence management as some people from Central African Republic arrived in June 2012. We also met the different presidents of the camps elected by the other refugees such as the newly elected president of Dosseye camp, who is the first women president of a refugee camp where ACRA is active.
Through the local population, we also learn more and more about Chad’s history such as the authenticity campaign, the events of the 2nd of February 2008 viewed from inside and the Income-Generating Activities like brick making and manufacturing of shea butter.

To finish this episode with some great news: we received the package with the new EUROSHA equipments, the authorization of CENAR (National Commission on Reintegration) to work into the refugee camps and the girls just came back to Goré!

_______________________________________________________________

Nouvel épisode pour l’équipe EUROSHA: Katerina et Claudia ont été « rapatriées » à N’Djamena pour des examens médicaux complémentaires – clé: maladie, valeurs: paludisme et fixme qui s’est finalement révélé être aussi le paludisme – pendant que le reste de l’équipe continuait la cartographie de Goré et donnait une nouvelle formation sur OpenStreetMap. Nous avons également reçu une formation de sécurité, sommes retournés au camp de réfugiés d’Amboko, avons visité les camps de Gondjé et Dosseye et nous apprenons à connaitre de mieux en mieux la situation au Tchad.

Mais qu’avons nous retenus finalement de la semaine passée?

Premièrement, la communication et une réaction rapide sont les points essentiels, d’autant plus quand vous vivez dans une petite ville qui se situe à 14 heures de route de la capitale du Tchad.
Notre représentant à France Volontaires, Telngar Rassembeye, a géré au mieux la situation en décidant au plus vite du « rapatriement » de Claudia, après une crise de type inconnue, accompagnée de Katerina qui avait attrapé le paludisme la semaine précédente.

Deuxième point, la coordination et la flexibilité sont importantes comme nous avons du adapter notre programme de travail en conséquence de manière à être aussi efficace que possible.
Cela fut le cas avec le gestionnaire de tâches de Goré et aussi la formation OpenStreetMap que nous avons donné aux employés de CARE dans leur bureau de Goré qui a du être ajusté en raison de l’absence de deux formateurs. En revanche, cela a offert une bonne opportunité à Pascal de livrer sa première présentation publique sur le projet EUROSHA.

Dernier point mais pas des moindres, l’apprentissage d’éléments cruciaux sur le Tchad durant notre travail et notre vie de tous les jours.
Grâce à un briefing donné par un agent de l’UNDSS (Département de la sûreté et de la sécurité des Nations unies), nous avons désormais une vue d’ensemble sur les conseils donnés par le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés) comme le MOSS (standards minimum de sécurité opérationnelle) et le MORS (standards minimum de sécurité résidentielle opérationnelle) ainsi que sur la situation dans la zone de Goré.
Nos connaissances de la région de Goré ont également été enrichies par l’équipe ACRA qui nous a expliqué en détails des éléments au sujet de la population et du fonctionnement des différents camps de réfugiés. Par exemple, nous avons appris que dans le camp de Gondjé ouvert en 2005, il s’agit toujours de gestion d’urgence étant donné qu’un certain nombre de personnes est tout juste arrivé de la République Centrafricaine en juin 2012. Nous avons également fait la rencontre des différents présidents des camps élus par les autres réfugiés comme la nouvelle présidente du camp de Dosseye qui est la première femme présidente d’un camp de réfugiés où ACRA travaille.
A travers la population locale, nous apprenons également de plus en plus sur l’histoire du Tchad comme la campagne d’authenticité, les évènements du 2 février 2008 vu de l’intérieur et sur les Activités Génératrices de Revenus comme la fabrication de briques et de beurre de karité.

Et pour finir cet épisode avec de bonnes nouvelles : nous avons reçu la malle contenant de nouveaux équipements EUROSHA, l’autorisation de la CENAR (Commission Nationale d’Appui à la Réinsertion) de travailler à l’intérieur des camps de réfugiés et les filles de l’équipe viennent tout juste de rentrer à Goré !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s