BLOG SEMAINE DU 10 AU 21 DECEMBRE 2012. CONDITIONS DE TRAVAIL ET SITUATION SECURITAIRE DE L’EQUIPE EUROSHA DE RCA.

écrit par Serge et Assania

Ces semaines pour nous, équipe Eurosha de Centrafrique ont été une période consacrée à la formation des acteurs, des ONG et certaines associations locales de la ville de Bangui. Dans cette formation, nous avons eu à former, avec l’appui technique de notre tuteur Severin, les géomaticiens du ministère des eaux et forêt, l’équipe d’adressage de Bangui, quelques personnes de la mairie, les cartographes de l’université de Bangui…

C’est avec beaucoup de difficultés que nous avons réussit à former les acteurs locaux parce qu’on a tous les jours les coupures d’électricité qui ont fait que les choses ne marchent pas comme elles se doivent. A son arrivée Cheick, le représentant de France volontaire, nous a trouvé un générateur pour nous faciliter la tâche, dommage le groupe électrogène étant tout neuf ne fonctionne pas bien. On l’a donc ramené au magasin pour qu’il soit changé. Deux jours après le départ de Séverin, nous avons récupérés le tout premier générateur mais cette fois il fonctionne. Lors de son séjour parmi nous, Séverin a été le témoin de toutes nos difficultés pour travailler. Avec lui, on a sollicité une petite salle avec connexion internet auprès de l’équipe de la mairie pour la formation. Mais la connexion internet était trop lente pour supporter 10 ordinateurs connectés, pour cela la formation a été interrompu.

En somme, nous avons surmonté les difficultés dans l’objectif de la réussite de notre mission, en donnant des connaissances aux acteurs des ONG et autres associations sur les logiciels suivants : OSM et SAHANA. Aussi nous avons montré aux participants de la formation comment faire des traces sur GPS et comment remplir les questionnaires.

Pendant cette formation avec Severin, nous avons appris beaucoup de choses. Cela nous a permis de comprendre encore d’avantage ce qu’on n’avait pas pu maitriser à Plaisians. Notons aussi, que pendant ces deux semaines, on n’a pas eu de problème de transport car on a enfin les motos. Grâce à elles on peut travailler sur le terrain, 3 motos pour 7 personnes pas toujours simple pour l’organisation mais on y peut rien, l’essentiel c’est de réussir notre mission. Sur ce, nous tenons à remercier Anna et les autres qui à distance nous envoient toujours des mails pour nous consoler par rapport aux difficultés rencontrées ici à Bangui.

Ajoutons aussi que depuis mardi, nous n’avons pas pu bien travailler car la situation sécuritaire en RCA se dégrade de plus en plus, les rebelles ont pris le nord et le centre de la RCA et leur but est de venir à Bangui. Cela à fait qu’on est un peu perturbé dans notre programme de travail. On n’a pas pu réaliser ce qu’on avait prévu de faire dans la semaine et du coup on est bloqué. A la vue de cette situation inquiétante, Cheick au Cameroun nous envoie des mails et nous appel au téléphone pour avoir des informations par rapport à notre situation sécuritaire. Donc, cette circonstance sécuritaire nous a frustré à tel point qu’on n’est pas tranquille. Mais nous avons entendu et lu les informations à la radio Ndekeluka et dans certains journaux de Bangui que la situation est pour le moment stable. Les rebelles ont optés pour le dialogue avec le parti au pouvoir afin d’asseoir la paix et si cette option n’est pas pris en compte par le président, ils reprendront les armes et marcheront sur Bangui.

Nous avons aussi, cette semaine malgré l’instabilité du pays, procédé à la révision et à la validation de certaines typologies des routes sur imagerie, en dehors de cela, nous avons continué le mapping de Bangui.

BLOG WEEK FROM 10 TO 21 December 2012

WORKING CONDITIONS AND SECURITY SITUATION OF THE EUROSHA CAR TEAM

These weeks were for us, the Eurosha team of the Central-African Republic, a period devoted to the training of actors like NGOs and certain local associations of the city of Bangui. We did formations, with the technical support of our tutor Séverin, for the geomaticians of the Ministry of Forest and Water, the addressing team of Bangui, a few persons of the town hall, cartographers of the University of Bangui,…

With many difficulties we managed to train the local actors. Because of daily power cuts things are not always going as they should go. Upon his arrival, Cheick, our representative of France Volontaires, luckily found a generator for us to make our job easier. Unfortunately, the totally new generator wasn’t working that well. We had to bring the generator back to the store to be changed. Two days after the departure of Séverin, we recovered the first generator, but this time it works!

During his stay in Bangui, Séverin was witness of all our difficulties to work. With him, we could arrange a small room with internet connection in the town hall for the training. But the internet connection was too slow to support 10 computers. For this the training was interrupted.

In sum, we overcame the difficulties to reach the objectives of our mission, by giving NGO’s and other associations more knowledge on the following platforms: OSM and SAHANA. We also showed the participants of our trainings how to make GPS traces and how to complete the questionnaires. During these trainings with Séverin, we learned a lot. It allowed us to understand better what we couldn’t yet master in Plaisians. Note also, that during these two weeks, there was no transport problem anymore because we finally had the motorbikes. Thanks to them we can finally start to work on the field! Three motorbikes for seven people is not always easy in our organization, but it’s nothing, the most essential is to succeed in our mission. With that, we thank Anna and other support at distance. They always send messages to support us in relation to the difficulties we encountered.

Furthermore, since Tuesday we were not able to work well as the security situation in CAR is deteriorating more and more. The rebels took the northern part and the center of the CAR and their goal is to come to Bangui. Because of that we are a bit disturbed in our work program. We couldn’t achieve what we had planned to do and got suddenly stuck. In view of this alarming situation, Cheick (in Cameroon) sends us e-mails and we call on the phone for information in respect to our security situation. So, these security circumstances frustrated us so much that we are not alone. But we heard and read the news on Radio Ndekeluka and in some newspapers of Bangui that the situation is currently stable. The rebels have opted for a dialogue with the ruling party to consolidate peace. Only if this option is not taken into account by the president, they resume their arms and run on Bangui.

Despite the instability of the country, we carried out also this week the review and validation of certain types of roads on imagery, and apart from that, we continued the mapping of Bangui. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s